Comparé à un phénix par l’équipe organisatrice elle-même, Paris Courts Devant renait de ses cendres au mois de novembre 2019 pour le plus grand bonheur de tous les passionnés du format court.

Une 14ème édition particulièrement chaleureuse et émouvante et pour laquelle je tiens à souligner la persévérance et le courage des organisateurs. Des personnalités très à l’écoute et qui se sont rendues disponibles pour échanger avec les participants autour d’un verre. Un grand merci à eux.

Des échanges passionnants

Durant l’événement, nous avons pu assister à plusieurs tables rondes avec des débats très intéressants entre réalisateurs et scénaristes. Ces échanges sans langue de bois ont permis de mettre en exergue le fait que par manque de moyens les scénaristes doivent rapidement s’orienter vers le format long-métrage. Toujours ce problème de manque de financement omniprésent dans l’univers du court et qui lui fait bien défaut…

Tables rondes Paris Courts Devant 2020

Pour pallier à cela, des projets sont souvent créés dans des maisons d’écriture au sein desquelles des binômes auteur / réalisateur sont montés pour la création d’un premier court. Il était important que ces difficultés soient évoquées dans un festival et l’on peut grandement remercier l’équipe de Paris Courts Devant pour son engagement sur le sujet.

De l’art de pitcher son projet

Un autre temps fort de ce festival fut celui des pitchs de projets de séries courtes. Les projets étaient sélectionnés en amont par les membres du festival. Le jour J, après avoir pitché leur projet, les créateurs / réalisateurs ont reçu les précieux conseils d’une équipe de professionnels.

Ce moment a permis de mettre en lumière les lacunes et les points forts des séries présentées. On y apprenait comment améliorer une série et par dessus tout comment pitcher son projet et le vendre au mieux, toujours dans une optique d’aider les jeunes créations à trouver des financements. Un exercice auquel on assiste que trop rarement dans les festivals, un moment très intéressant !

Des courts de grande qualité

Enfin, et évidemment, on pouvait y découvrir une sélection de courts-métrages d’une grande qualité. On peut notamment citer L’aventure atomique de Loïc Barché.

Un film poignant qui narre l’histoire de 7 soldats algériens dont un scientifique, un capitaine et un commandant, envoyés par les français en 1967 sur le point d’impact d’une bombe atomique pour y faire des prélèvements et des mesures de radioactivité.
Au début du film on assiste à des scènes de camaraderie et de plaisanteries entre les soldats qui ne semblent pas mesurer la gravité de ce vers quoi ils se dirigent…

Je vous incite à regarder ce film pour découvrir ce qui va leur arriver. Au delà de l’expérience scientifique et militaire, on y aborde les émotions et les réactions humaines face à de telles situations…
Sur le plan technique, le fait que le film se déroule dans le désert, en plein soleil, pourrait donner un effet “brulé” aux images. Mais celles-ci sont superbes et on peut en souligner la qualité. Une belle performance pour un court. Un des acteurs de ce court a été primé 2 fois : pour celui-ci mais aussi pour The Van.

The Van est un film assez violent mais très bien filmé.
Le synopsis ? On suit  l’histoire troublante et émouvante d’un duo père / fils albanais prêt à tout pour quitter leur pays, jusqu’au dernier combat… Un père inquiet, un fils guerrier, leur parcours est violent mais l’allégorie est belle. Un court que je vous recommande vivement.

Je suis heureuse d’avoir pu participer à cet événement et souhaite une longue vie à ce festival de passionnés engagés.

A l’année prochaine !

LE FESTIVAL EN CHIFFRES :

5 jours de festival 
5000 festivaliers pour 48 rendez-vous : projections, événements, masterclass, rencontres, tables rondes, ateliers, expériences inédites, concerts… 
5 jurys composés de scénaristes, de réalisateurs, d’auteurs, de producteurs, de comédiens, de diffuseurs ou d’étudiants. 
9 rendez-vous de présentation de 104 projets (longs métrages, courts métrages et séries courtes) aux producteurs et aux diffuseurs. 
50 comédiens apportant leur talent aux projets de 26 auteurs émergents
14 tables rondes et rencontres publiques invitant plus de 50 intervenants à débattre de sujets intéressant les acteurs de l’émergence :scénaristes, réalisateurs, producteurs, comédiens, directrices de casting, agents artistiques, représentants d’institutions, journalistes, juristes. 
4 premiers longs métrages et 47 courts métrages présentés par leurs auteurs, réalisateurs, comédiens, producteurs, qui rencontrent et échangent avec le public. 
44500 € de dotations cumulées en numéraire ou en apport en industrie. 
L’occasion pour les 500 auteurs venus au festival de présenter leurs œuvres, de croiser leurs expériences ou de poser des jalons importants pour leur métier. 
10 heures de directs (5 quotidiennes) de NVTL Podcast, la radio du festival. 
450 élèves (CE2, CM1 et CM2) participants lors de 21 interventions d’éducation à l’image dans les établissement scolaires. 
3 concerts de comédiens, comédiennes, auteurs ou réalisateurs qui s’expriment autant dans la musique que dans le cinéma.
Catégories : Festival

Laisser un commentaire